dimanche 22 juin 2014

IMC 17 OMG!!!

Ce texte est un texte d'opinion, il ne vise personne en particulier et âmes sensibles s'abstenir de lire...


Tu as vu mon titre, maintenant, tu dois être sous le choc de savoir que mon IMC (indice de masse corporelle) est de 17, mais je vais te scandaliser encore plus, elle est de 16.8. Pourquoi je te parle de ça aujourd'hui, parce que je suis à bout de nerfs de subir des commentaires poches des gros qui disent s'accepter. Oh oui, tu as bien vu, j'ai écrit GROS, je peux aussi écrire over weight, obsède, dodu, en surpoids, enrobé, je suis une championne pour les synonymes.



Premièrement, je vais vous le dire tout de suite, je mange et OH comble de malheur, je bois de l'alcool aussi, je sais, j'ai une terrible hygiène de vie, je mange même de la poutine et des chips et parfois, je peux même manger du chocolat. Tu sais quoi en prime, je ne vais pas me faire vomir après, nenon, ça reste en moi, mais il semble que moi mon corps, il sait comment gérer ça. My god, je sais, je suis une fille tellement chanceuse. Alors toi, la grassouillette, tu te gâtes à me dire va chier la maigrichonne en me voyant avaler un deuxième morceau de gâteau. Mais, moi, j'oserai jamais te dire, ouais, tu te gâtes la grosse aujourd'hui avec ton troisième hot-dog. Pourquoi, juste parce que ce n'est pas de mes affaires ce que tu manges et le corps que tu as. Mais, il semble que mon corps à moi te préoccupe solide.



Je vais te dire quelque chose qui va te choquer la potelée, je sais que tu as un combat intérieur qui te ronge et que tu as des bébêtes de ton passé que tu dois combattre, mais ce n'est pas une raison pour essayer de me faire croire que tu t'aimes comme tu es, je le sais que ce n'est pas vrai, car si ça l'était, tu n'aurais pas autant de venin envers les gens comme moi. En plus, pourquoi les pages sur la perte de poids seraient aussi populaires, parce que être gros, ce n'est pas acceptable en société et pas valorisé et que ce n'est pas bon pour ta santé ma bedonnante et je le sais que finalement, tu ne t'aimes pas de même. C'est poche, mais être maigre, c'est valorisé et tu penses que c'est tellement mieux comme vie. C'est là que tu te trompes...



C'est clair que tu crois que je dois vivre au gym et que je m'entraîne comme une machine de guerre et que ma vie se résume à manger juste des céleris, mais non, parce que j'hais ça, mais c'est la seule solution pour maintenir un poids qui à de l'allure sinon, à rien faire, je fonds comme neige au soleil (je pensais même que j'étais un bonhomme de neige), alors que toi tu payes ta vie pour essayer de faire fondre tes kilos en trop.



Alors, la prochaine fois, avant de dire à quelqu'un, tu es surement anorexique, penses que certaines personnes sont naturellement frêles et bien, tu peux te dire que tout comme toi la dodue (celui-là, c'est mon préféré) je peux également souffrir de maladie cardiovasculaire parce que être petite ça ne vaut pas dire être en forme. Ouf, je suis en santé, merci docteur pour mon bilan et le coup de pied au cul pour que je m'active le micro popotin.



Alors, maintenant, la grosse, si tu essayes de te faire croire que tu t'aimes "de même" tant mieux, mais il ne faut pas venir m'insulter parce que dans la réalité et au fond de toi, tu le voudrais bien mon métabolisme de feu.



Juste pour te rassurer un peu, moi aussi, il y a des jours où je me trouve grosse et moche... C'est ça la vie et les SPM!



Sans rancune ! Mais ne recommence pas.

mercredi 11 juin 2014

La fratrie


Chez nous, la lecture est très importante. Tous les soirs, depuis que les enfants sont jeunes, je fais la lecture avant le dodo, mais en grandissant, les enfants gardent un moment de trente minutes de lecture. Comme Pénélope est moins habile pour lire en français que Vincent (elle a uniquement fait maternelle et première année en français) , j'ai autorisé les enfants à faire leur lecture à deux.


Ce qui devait être un trente minutes de détente et d'apprentissage est vite devenu quelque chose de plus précieux...

Parfois, je reste dans les escaliers pour écouter leurs discussions (OK, mère indigne assumée) ils partagent, ils créent des liens et solidifient leurs relations... Ils s'écoutent, se réconfortent, se donnent des trucs quand ça ne va pas bien et ils partagent des secrets et des fous rires.

Je pense que c'est encore plus important que la lecture, mais chut, il ne faut pas leur dire que je sais qu'ils ne font pas de la lecture tous les soirs.



lundi 26 mai 2014

L’amitié...

Dernièrement, je me questionne beaucoup sur l'amitié. Tout à commencer quelque temps après mon départ du Québec, après avoir vécu une trahison par une fille que je pensais vraiment être mon amie, mais qui après 6 mois réalisait que je ne pouvais plus rien lui apporter, alors je ne lui étais pas utile du tout. Et, elle en a profité pour que je ne reste pas en contact avec aucune personne de son entourage...

La trahison d'amitié, ça fait mal... Mais ce qui fait le plus mal dans tout ça, c'est de réaliser que je donnais de mon temps sans rien attendre en retour et que ce que j'ai reçu est un manque de respect, alors que c'est juste ce que je voulais obtenir en retour. Je ne peux me voiler la face, je ne demande jamais rien ou presque en amitié, je suis celle qui écoute, qui offre et qui donne. Je suis une généreuse, mais je suis à me demander si la générosité est un défaut ?

Depuis que je suis en Alberta, je réalise que mes amitiés ne sont pas saines. C'est comme dans un couple, l'amitié a les mêmes bases, mais comme en amour beaucoup sont incapables de se voir telles qu'ils sont réellement et leurs relations sont malsaines.

Quand tu es un être généreux en amitié et que tu réalises que c'est les autres qui ont plus besoin de toi que toi des autres, c'est à ce moment que la relation n'est pas bien balancée. Finalement, la relation devient comme une dépendance pour la personne qui n'a rien à offrir. Tellement qu'ils seront aveuglés par leurs besoins sans se soucier des tiens et vous pouvez me croire, ils ne retiendront que la fois où j'ai dit non...

J'ai la chance avec ce que je viens de vivre de pouvoir renouer avec la personne la plus importante dans ma vie... Moi ! Je retrouve une liberté, parce que je ne passe plus des heures à écouter les lamentations de personnes qui sont malheureuses et qui ne font rien pour que ça change dans leurs vies.

Maintenant, je vais faire attention aux "amis" qui m'attirent, car je veux briser mon pattern malsain d'amitié. J'espère trouver une amitié équilibrée, je n'ai pas encore perdu complètement espoir.

Je dois rester vigilante aux signes qui m'indiquent que cette personne ne sera pas une bonne amie pour moi...

1. Après une rencontre, je me sens vide d'énergie.
2. La personne me demande toujours des "services".
3. Son unique sujet de discussion est. ELLE, sans me demander comment je vais et ce qui se passe dans ma vie.
4. Rencontre numéro 3 et elle vous dévoile que sa vie est de la merde ! (se sauver en courant)
5. Trouver des amis qui sont heureux que ma vie soit aussi belle et ne me jalouse pas !

jeudi 23 août 2012

Petit guide pour survivre en Alberta 1

Je sais, j'avais dit que j'allais écrire mes aventures, mais il n'est pas facile d'avoir accès à internet sur les routes des USA et ensuite au Mexique. Alors, nous avons fait un superbe voyage de déménagement, sans vraiment avoir la possibilité de visiter parce que nous devions être à Calgary pour le 29 juillet et notre départ du Qc était le 23 juillet. J'avais comme priorité de passer du temps avec mon amie Lyne DesRuisseaux Photography, encore une fois merci à nos guerriers pour avoir trouvés un point de contact.

Les enfants étaient d'une patience d'ange, sérieusement des 10h-12h de route par jour sans chicanes et hurlement... Une superbe récompense, nager avec les dauphins au Mexique. Une semaine merveilleuse et totalement méritée après un déménagement et de toute manière nous étions sans domicile fixe du 23 au 8 août. Il fallait se loger quelque part et le sud est l'endroit idéal pour relaxer.

Après notre semaine de vacances, il ne restait que 4h avant d'arriver vers notre nouvelle province d'adoption... L'Alberta

Nous entrons dans notre nouvelle province, la vie est anglophone et bien agréable. 

 Voici des bisons, juste avant d'arriver à la maison

 Nouvelle aventure

 Quelques amis dans une rue bien mouvementée d'enfants

 La vue de ma fenêtre de cuisine

La vue de mon balcon

 Pénélope est déjà en affaire

 Un souper sushis de filles



Pour le moment, ma vie semble bien agréable et c'est la cas, mais il faudra revenir sur le blogue dans quelques jours pour la suite du guide pour survivre en Alberta... Le choc, je vous dis, le recyclage va faire friser mes amis écolo... ;))



samedi 21 avril 2012

Des étudiants gâtés



L’enfant-roi est égocentrique, revendique et se plaint constamment, refuse d’aider, a besoin de capter l’attention et de se faire remarquer, est intolérant aux frustrations, est agressif... 

Ensuite, vous allez me dire que ce qui se passe présentement, n'est pas une crise de ce genre d'enfant? Hum, je me questionne... 

Je crois qu'il y a une grande différence entre épanouissement et désir de l'enfant. Face à des changements sociaux et familiaux les parents ne font plus la différence entre caprice et besoin. Ils ne veulent pas respecter les décisions impopulaires d'un gouvernement élu démocratiquement? Alors, pourquoi ne pas faire la grève? L'autorité n'est pas le pouvoir, mais bien une responsabilité de mettre des limites à ce genre de génération. 

Pour répondre à leur demande, nous devrions faire des débats de société avant chaque décision? 

Quand je vois des étudiants cagoulés et des incitations à la révolution. Je pense qu'il est temps de revenir à la réalité. Ils veulent être extrême, j'ai envie de l'être aussi et je vote pour "12 novembre 1969 : Le maire de Montréal, Jean Drapeau, fait voter l’interdiction pour 30 jours de manifester à Montréal." C'est une solution radicale, mais je pense que nous sommes rendu là. 

Je crois que c'est ridicule et que c'est une crise d'enfant roi qui veulent obtenir à tout prix raison...

C'est mon opinion et je la partage...

P.S. Ce n'est pas une grève, car ils ne sont pas des travailleurs avec un salaire, mais c'est des enfants qui manquent l'école...

mercredi 18 avril 2012

Le rejet


Tout le monde à déjà expérimenté cette émotion à différent niveau, il semblerait même que ce pseudo-sentiment déclenche au cerveau un signal idem à celui d'une blessure physique. Mais, que ce cache réellement derrière le rejet?

Pour bien comprendre le sentiment que nous laisse le rejet, nous devons apprendre à nous comprendre. L'émotion que je ressens est le baromètre de l'importance que j'accordais à cette personne. C'est attribuer un pouvoir à cette personne comme celui de m'aimer et m'apprécier. C'est se donner une valeur par le regard des autres. 

Il faut se poser deux questions...

1. Je m'assume jusqu'à quel point? 
2. Qu'elle est l'importance que j'accorde aux autres?

Alors, si vous êtes sensible au rejet, il y a du travail à faire sur vous-même...

mercredi 4 avril 2012

34 ans...



Cette année, je n'ai aucune envie de fêter mon anniversaire. Pas que je suis triste d’avoir 34 ans, je suis fière de ma vie, de ce que je suis et de ce qui va m'arriver. Mais, je n'ai pas le coeur à la fête. J'ai le gout d'un anniversaire en famille, mon petit cocon que j'aime tant. 

J'imagine que mon départ pour l'Alberta en juillet est un facteur qui me pousse à réfléchir également... J'aime le monde, je suis facile de contact avec les gens, mais je ne veux pas m'éparpiller à vouloir trop. Je veux me concentrer sur l'essentiel, sur ce qui me permet d'être une meilleure personne et avec des gens ou les échanges me font évoluer.